Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteur

  

Publié par med médiène

La Marocaine, Huile et fusain sur toile. 55 x 46 cm (collection particulière)

La Marocaine, Huile et fusain sur toile. 55 x 46 cm (collection particulière)

Phototypie Neurdin (carte postale), Jeune Fille Mauresque, vers 1900.

Phototypie Neurdin (carte postale), Jeune Fille Mauresque, vers 1900.

La Marocaine, huile et fusain sur toile, montrée à l'Institut de Monde Arabe lors de l'exposition Matisse au Maroc (décembre 1999 - janvier 2000), représente l’esquisse d’une jeune femme assise, adossée à un mur sur lequel on peut voir la forme d’un masque sommairement dessiné. La tête légèrement penchée, dans l’inattendu de l’instant, le personnage regarde, perplexe, l’artiste qui semble l’effacer en le peignant.
Le visage aux traits charbonnés qu’encadre un foulard couvrant les cheveux relève d’une facture picturale classique alors que le reste du corps, s’estompant progressivement, est enveloppé dans une robe à peine esquissée. Matisse, ne voulant ou ne pouvant continuer son travail décide de le signer, proclamant ainsi son achèvement. Ce geste d’artiste ne clôt pourtant pas les interrogations sur l’étrangeté de cette toile. Ainsi dans le catalogue de l’exposition deux articles posent la question de l’origine de ce travail, sa datation et l’identité même du modèle.

Tanger - 1912-1913
On a d'abord pensé à Zorah, une fille de Tanger, que le peintre rencontre dès son premier séjour au Maroc. Elle est le sujet principal de plusieurs œuvres qui portent son nom (Zorah sur la terrasse, Zorah en jaune, Zorah debout, Zorah assise ...) Mais les traits de la jeune femme n’ont rien de commun avec ceux de La Marocaine.
On a pensé ensuite à Fatma, une mulâtresse que Matisse engage pour deux tableaux : un grand format, La mulâtresse Fatmah et un petit, La petite Mulâtresse. Mais la figure africaine de Fatmah est d’un type qui n’est pas celui de La Marocaine.
On a pensé enfin à un modèle occasionnel qui aurait posé pour La Marocaine. Dans une lettre à sa fille datée du 16 octobre Matisse dit qu'il a « fait une Mauresque pour Stch(oukine). » Cinq jours plus tard il écrit à son ami Camoin « J'ai commencé par faire une Mauresque (...) mais trop de vent et modèle agaçant m'ont contrarié. » Matisse ne nous éclaire pas sur le statut de cette Mauresque contrariante ni sur celle qu’il dit avoir « fait » pour Stchoukine. Le second séjour du peintre à Tanger se déroule dans de bonnes conditions, il peint beaucoup de paysages et de portraits et se dit satisfait de son travail. L’incident survenu avec la Mauresque semble vite oublié, comme s’il avait trouvé une solution à ce contretemps passage
r.

Biskra - 1906
On se souvient qu'en mai 1906 Matisse a séjourné trois semaines en Algérie, à Biskra, oasis alors fréquentée par des écrivains, des peintres, des photographes et qu'il en est revenu avec des tapis, des poteries et des phototypies (cartes postales). Les frères Neurdin, photographes et éditeurs installés à Paris, s’étaient spécialisés, dès la fin du 19ème, dans la production et la diffusion de cartes postales « ethnographiques. » L'hypothèse selon laquelle Matisse se serait procuré le portrait de la Jeune Fille Mauresque édité par les deux frères est certaine. La date (1905) qui figure sur la carte reproduite ci dessous précède d’une année le séjour de Matisse à Biskra. En possession de cette carte, Matisse l’a, soit gardée pour un éventuel usage ultérieur, soit il l’a utilisée pour commencer La Marocaine dont elle est la "copie" dès son retour en France, à Collioure, fin mai 1906. C’est là qu’il peint en 1907, Nu bleu, souvenir de Biskra, Nu debout et, qu’en 1908, il sculpte Les deux Négresses inspirés de photographies reproduites dans l’Humanité féminine. Au même moment, Picasso, à qui Matisse fait connaître les masques et les statues de l’Art nègre, peint en 1907 une aquarelle : Nu de face, mains derrière le dos, (crayon graphite et aquarelle sur papier) et une grande toile : Nu aux bras levés (Danseuse d’Avignon) dérivées de cartes postales éditées au début des années 1900 par Edmond Fortier, photographe installé à Dakar. Les années 1906-1909 correspondent à la période où chacun des deux artistes regarde le travail de l’autre. Ils creusent ensemble, se défiant et se surveillant, les pistes nouvelles qu’offre à la peinture ce médium inexploré qu’est la photographie.


En 1907 Picasso voit dans l’atelier de Matisse Nu bleu, souvenir de Biskra et en est fortement impressionné. Il voit aussi les travaux en cours du peintre parmi lesquels, certainement, La Marocaine et la carte postale qui lui sert de modèle. La Marocaine n’a donc pas été peinte à partir d’un modèle vivant mais d’une Mauresque de papier. La petite aquarelle Nu de face, mains derrière le dos est sans doute née de cette rencontre, de ce mariage d’une image et de la toile se faisant. Regardons les deux œuvres : même perspective frontale, même technique mixte (peinture et crayon), même impression d’inachevé, même dessins griffonnés sur le fond de l’oeuvre, même biffures du visage féminin, même sujet exotique et enfin, même usage documentaire de la carte postale.
C’est dans cette période de réflexion qu’il faut inscrire la réalisation de La Marocaine, période qui voit Picasso, ébranlé par la formidable nouveauté de Nu bleu, s’orienter vers le cubisme et son point d’orgue Les Demoiselles d’Avignon. Matisse, lui, oriente son oeil de peintre vers le dessin décoratif simplifié, et la fonction de la couleur pure de l’art musulman. Il se documente, visite en France et en Allemagne les différentes expositions consacrées aux arts islamiques, il se rend dans l’Espagne Andalouse puis, sur les traces de Delacroix, traverse une seconde fois la Méditerranée pour aller à la rencontre de la lumière tangerine.

TANGER, ZORAH - 1912, 1913
Matisse - Zorah sur la terrasse, 1912.

Matisse - Zorah sur la terrasse, 1912.

Matisse - Zorah, la robe jaune, Tanger 1912

Matisse - Zorah, la robe jaune, Tanger 1912

Matisse - Zorah debout, Tanger 1912

Matisse - Zorah debout, Tanger 1912

Matisse - Zorah, dessin à l'encre noire sur toile blanche, 1912

Matisse - Zorah, dessin à l'encre noire sur toile blanche, 1912

Matisse - Zorah (détail)

Matisse - Zorah (détail)

Matisse, Trois études de Zorah, 1912

Matisse, Trois études de Zorah, 1912

TANGER, 1913 - LA MULÂTRESSE
Matisse - La petite mulâtresse, Tanger 1913

Matisse - La petite mulâtresse, Tanger 1913

Matisse - Fatmah la mulâtresse, Tanger 1913

Matisse - Fatmah la mulâtresse, Tanger 1913

BISKRA, COLLIOURE - PEINTURES ET SCULPTURE, 1907, 1908
La Florentiine, Reproduction photo, l'Humanité féminine, 1906. Matisse, Nu bleu, Souvenir de Biskra, 1907
La Florentiine, Reproduction photo, l'Humanité féminine, 1906. Matisse, Nu bleu, Souvenir de Biskra, 1907

La Florentiine, Reproduction photo, l'Humanité féminine, 1906. Matisse, Nu bleu, Souvenir de Biskra, 1907

Nu, reproduction photo. Matisse, Nu debout, 1908
Nu, reproduction photo. Matisse, Nu debout, 1908

Nu, reproduction photo. Matisse, Nu debout, 1908

Jeunes filles Targui, L'Humanité féminine. Matisse, Les deux Négresses, sculpure 1908
Jeunes filles Targui, L'Humanité féminine. Matisse, Les deux Négresses, sculpure 1908

Jeunes filles Targui, L'Humanité féminine. Matisse, Les deux Négresses, sculpure 1908

PICASSO ET LES CARTES POSTALES - L'ART NEGRE, 1907
Fortier, Phototypie, Fille Malinké, 1905. Picasso, Nu de face, mains derrière le dos 1907
Fortier, Phototypie, Fille Malinké, 1905. Picasso, Nu de face, mains derrière le dos 1907

Fortier, Phototypie, Fille Malinké, 1905. Picasso, Nu de face, mains derrière le dos 1907

Fortier, Phototypie, Fille Malinké, 1905. Picasso, Femme aux bras levés 1907
Fortier, Phototypie, Fille Malinké, 1905. Picasso, Femme aux bras levés 1907

Fortier, Phototypie, Fille Malinké, 1905. Picasso, Femme aux bras levés 1907

Matisse, La Marocaine (1907 ?) - Picasso, Nu de face 1907
Matisse, La Marocaine (1907 ?) - Picasso, Nu de face 1907

Matisse, La Marocaine (1907 ?) - Picasso, Nu de face 1907

Commenter cet article

Bernieshoot 27/09/2015 12:03

bonjour, un article très complet autour de cette œuvre et ce peintre, bienvenue dans ma communauté Livres Ô blogs

med médiène 27/09/2015 12:46

Bonjour et merci. Je vais "de ce pas" regarder Bernieshoot.
Bel après midi à vous.

covix 26/09/2015 15:12

Bonjour,
un bel article autour de cette oeuvre.
Bonne journée et bienvenue à nos côtés dans la connunauté.
@mitié

med médiène 26/09/2015 17:40

Bonjour,
Mille mercis et belle fin de journée à vous aussi.
Amitiés.
M.M.

LADY MARIANNE 24/09/2015 20:42

bonsoir et bienvenue dans la communauté le tableau du samedi-
je me suis abonnée à votre blog afin de suivre vos publications-
je vais mettre votre lien dans l'article de ce samedi en vous souhaitant la bienvenue-
bonne continuation- merci encore-

med médiène 24/09/2015 22:31

Bonsoir,
Merci à vous également. A bientôt sur overblog,
M.M.