Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteur

  

Publié par med médiène

ARTICLE REVU ET AUGMENTE DE NOUVELLES ILLUSTRATIONS LE 4 MARS 2016

Rubens, Hélène Fourment ou la Petite Pelisse, 1638

Rubens, Hélène Fourment ou la Petite Pelisse, 1638

Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,
Oreiller de chair fraîc
he où l'on ne peut aimer,
Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,
Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer
Charles Baudelaire, Les phares

Plus que tout autre peintre de son temps, Rubens, formé à l’école vénitienne du Titien, a su saisir dans ses tableaux, par la couleur et le mouvement, le principe énergique de la vie. Il est « l’Homère de la peinture » (Delacroix), le peintre flamand des emportements charnels. Sous la peau des femmes rubéniennes, à la nudité magnifiée, circulent et s’agitent les forces d’un sang vif. Rubens, homme du Nord au tempérament d’homme du Sud, peint des femmes "viandues" (Flaubert), à la chair ample que l’on devine élastique.

Au 17ème siècle deux conceptions opposent, en matière d’art, Rubens, le maître de la couleur active et Nicolas Poussin, le maître du dessin. La couleur, la dimension instinctive, sensible et sensuelle de la matière, devait l’emporter sur la dimension intellectuelle symbolisée par le trait précis du dessinateur. « Rubens est l’homme dont descend toute notre école moderne : tous en viennent » (Goncourt). Cette opposition d’ordre esthétique resurgit au 19ème avec Delacroix, le prince des peintres qui déclare « Je n’aime pas la peinture raisonnable » et Ingres, au métier impeccablement maîtrisé qui affirme « Le dessin est la probité de l’art. »

Dans Hélène Fourment à la fourrure, Rubens représente son épouse de biais, solidement campée sur ses cuisses fortes, ses seins pleins posés sur son bras gauche. Le bras droit retient une pelisse brune qui ne suffit pas à la recouvrir toute, elle laisse voir de larges éclats de peau laiteuse que renforce le rouge sang du tapis. Elle nous fixe de son regard hardi, fière de sa fraîche jeunesse et consciente du désir que provoque la vue de sa généreuse nudité. Ce portrait semble exprimer, en creux, la connivence amoureuse, l'entente charnelle qui unit Rubens à sa compagne.

Ce sentiment heureux du corps apaisé parcourt toute l'oeuvre du peintre. Ce bonheur on le voit dans les trois plantureuses naïades qui s'élancent à l’avant plan de l’Arrivée de Marie de Médicis à Marseille. Elles sont les soeurs jumelles des Vénus mouillées, apeurées, concupiscentes, endormies, audacieuses, souveraines, impitoyables qui surgissent, ici de la mer écumeuse, ailleurs d'un bois, d'un bosquet, d'une rivière, du ciel ou de l'imagination d'un dieu en manque d'amour.
D’autres femmes, dans d’autres scènes, comme La fête de Vénus, La fête au village, La kermesse ou Noce au village, unissan
t déesses et mortels, montrent, dans le tumulte des fêtes, la contorsion de leurs corps et l’envie joyeuse de s’offrir, sur le champ, au premier satyre venu. Un délire amoureux à l’exubérance déchaînée apparente, sous l’impulsion du dieu Pan, le maître de la Nature, certaines scènes de l'univers rubénien à d’immenses orgies où se mêlent les sens et les sons. La peinture en mouvements de Rubens est aussi une peinture qui s’entend. Il y a chez lui un irrépressible désir de vie que nourissent les rires, le bruit, la musique et les coupes de vin bues à grandes goulées heureuses.

Galerie

 Les trois Grâces (détail), vers 1636-1638

Les trois Grâces (détail), vers 1636-1638

Léda et le cygne, Avant 1600

Léda et le cygne, Avant 1600

Le jugement de Pâris, vers 1602

Le jugement de Pâris, vers 1602

Le jugement de Pâris, vers 1602 (2)

Le jugement de Pâris, vers 1602 (2)

Samson et Dalila (détail), vers 1609-1610

Samson et Dalila (détail), vers 1609-1610

Hercule ivre, 1611

Hercule ivre, 1611

La charité romaine 1612

La charité romaine 1612

Amour et Psyché, 1612

Amour et Psyché, 1612

Jupiter et Callisto, 1613

Jupiter et Callisto, 1613

 Sine, Cères, Bacchus et Venus, 1613

Sine, Cères, Bacchus et Venus, 1613

Venus, Cupidon, Bacchus et Cères, 1612-1613

Venus, Cupidon, Bacchus et Cères, 1612-1613

Vénus,1614

Vénus,1614

Venus et Cupidon ont froid, un Satyre s'approche de la déesse, 1614

Venus et Cupidon ont froid, un Satyre s'approche de la déesse, 1614

La toilette de Vénus (d'après Titien), vers 1610-1615

La toilette de Vénus (d'après Titien), vers 1610-1615

Les bacchanales, vers 1615

Les bacchanales, vers 1615

La toilette de Vénus, 1613-15

La toilette de Vénus, 1613-15

Ixion roi des Laphites trompé par Junon 1615.

Ixion roi des Laphites trompé par Junon 1615.

Cléopâtre, 1615

Cléopâtre, 1615

Adam et Eve, 1616 (détail)

Adam et Eve, 1616 (détail)

Rubens - Céres et Pan (1620)

Rubens - Céres et Pan (1620)

L'Education de Marie de Médicis, 1622

L'Education de Marie de Médicis, 1622

L'Arrivée de Marie de Médicis à Marseille (détail), 1622-1623

L'Arrivée de Marie de Médicis à Marseille (détail), 1622-1623

Angélique et l'ermite, 1626--28

Angélique et l'ermite, 1626--28

Adam et Eve (d'après Titien), 1628-1629

Adam et Eve (d'après Titien), 1628-1629

Suzanne et les vieillards, 1607

Suzanne et les vieillards, 1607

Vénus et Adonis vers 1614 - (2)

Vénus et Adonis vers 1614 - (2)

La Découverte  d'Erichtonios, 1615 .

La Découverte d'Erichtonios, 1615 .

 Le Silene ivre 1616-1618

Le Silene ivre 1616-1618

L'Enlèvement des filles de Leucippe, vers 1618

L'Enlèvement des filles de Leucippe, vers 1618

Pan et Syrinx, 1617-1619

Pan et Syrinx, 1617-1619

 L'union de la Terre et de l'Eau, vers 1618.

L'union de la Terre et de l'Eau, vers 1618.

La kermesse ou Noce de village, 1630

La kermesse ou Noce de village, 1630

La fête de Vénus, 1635

La fête de Vénus, 1635

 La fête au village,1635

La fête au village,1635

 Pan et Syrinx, 1636.

Pan et Syrinx, 1636.

Apollon et Daphné, 1636-1637

Apollon et Daphné, 1636-1637

Hélène Fourment à la fourrure, 1638

Hélène Fourment à la fourrure, 1638

Le Jugement de Pâris, 1638-39  (4)

Le Jugement de Pâris, 1638-39 (4)

Le jugement de Pâris 1639  (5)

Le jugement de Pâris 1639 (5)

 Le jugement de Pâris 1639  (6)

Le jugement de Pâris 1639 (6)

Vénus et Adonis, vers 1635 (3)

Vénus et Adonis, vers 1635 (3)

Bethsabée se baignant vers 1635

Bethsabée se baignant vers 1635

La mort de Didon, 1635-38

La mort de Didon, 1635-38

 La Naissance de Vénus, 1636.

La Naissance de Vénus, 1636.

Les Horreurs de la guerre (détail), 1637-38

Les Horreurs de la guerre (détail), 1637-38

La création de la Voie lactée, vers 1637

La création de la Voie lactée, vers 1637

 Les trois Grâces, vers 1636-1638.

Les trois Grâces, vers 1636-1638.

Scène pastorale, 1636-1640.

Scène pastorale, 1636-1640.

Bacchus ivre, 1638-40

Bacchus ivre, 1638-40

 Persée et Andromede, 1639-1640

Persée et Andromede, 1639-1640

Commenter cet article

covix 07/03/2016 14:56

De belles toiles, les canons de la beauté ne sont plus identiques de nos jours.
@mitié

Arzaziabdelkader@yahoo 04/03/2016 19:11

La grande peinture! Nous sommes que des glaneurs,les seins a sec.merci.

med médiène 04/03/2016 19:43

Bravo!!! Il faut revenir à la vie. Courage, ami.